Articles récents

 

 

 

 

 

 

 

Récits du Costa Rica

 

San José // Tortuguero // Volcan Arenal // Vallée centrale //

Côte Pacifique // Bilan

 

9 Avril 2010 - 24 Avril 2010 (Jour 200 -Jour 215) : Tortuguero, Arenal, Manuel Antonio, Autour de San José

On a aimé:

- Observer une tortue géante pondre ses oeufs en pleine nuit sur la plage

- Voir un volcan cracher sa lave, depuis un observatoire dans la jungle

- Les forêts tropicales, à perte de vue, à pied ou en pirogue.

- Descendre en rappel une chute d'eau de 70m, faire le singe entre deux arbres, et se balader au milieu des singes.

- Se faire secouer par les rapides de la rivière Pacuare

- Lézarder sur des plages paradisiaques, en compagnie d'iguanes, de pisotes et de bernard l'hermite

- Avoir vraiment l'impression d'être en vacances pendant 2 semaines.

- Les pancakes de l'auberge Tranquilo ; on choisissait presque les bus en fonction de ça.

- Les melons, les pastèques et les bananes géantes

 

On a moins aimé :

- Les heures de bus, et les jours perdus dans le transport à chaque nouvelle destination.

- L'humidité étouffante de Tortuguero

- Les moustiques toujours à l'affût

- Les grosses radées, qu'est-ce que ça doit être pendant la saison des pluies?!

- Que l'on s'adresse systèmatiquement à nous en Anglais, même lorsque l'on parle en espagnol.

- Devoir payer en dollars Américains, car c'est plus cher d'utiliser la monnaie locale.

 

Coté pratique :

Les petits accessoires qui nous ont servis :

- Nos kaways, qui nous ont sauvés de la noyade à Tortuguero

- L'antimoustique, pour éviter que tout le monde croit que Simon a la varicelle à la plage

- Le kit de couture, car aprés 7 mois, les vêtements commencent à s'user, ça craque de tous les cotés

Ces petites choses qui nous ont manquées :

- Savoir surfer pour profiter des vagues de Manuel Antonio

- Des jumelles, pour distinguer les animaux au milieu des forêts denses

 

Notre avis sur :

Les transports:

Comme au Mexique, pour se déplacer de ville en ville, on prend le bus. Mais le confort n'est pas tout à fait le même. C'est assez variable, ne vous attendez pas à avoir la clim, et souvent, plus les distances sont courtes, plus le bus est vieillot. Le confort reste en général correct, mais les trajets sont longs, les routes tortueuses, et pas toujours goudronnées. Les bus appelés "collectivos" s'arrêtent au bon vouloir des passagers, et sont souvent la seule solution pour les courtes distances. Pour des trajets plus longs, il existe en général des bus directs qui ne font que quelques arrêts. Pour sillonner différentes parties du pays, il est souvent nécessaire de repasser à San José, et de changer de bus. Cela implique des journées perdues dans les transports, car les correspondances ne sont bien sûr pas prévues. Pour ceux qui sont vraiment pressés, il est toujours possible d'éviter de passer par San José en empruntant des "shuttle", petits bus spéciaux pour les touristes, qui pratiquent des prix également pour touristes : entre 30$ et 45$ quand les bus locaux valent l'équivalent de 2 ou 3$. A l'intérieur des villes, on fait souvent tout à pied, mais les bus ou les taxis sont là si nécessaire.

 

Sécurité :

Nous n'avons pas eu de problème mais il semble que certains quartiers de San José soient à éviter (on nous a indiqué les alentours du terminal de bus Coca-Cola, où nous sommes passés sans problème de jour, certainement à fuir la nuit), et qu'il vaut mieux ne pas arpenter les rues de nuit à pied dans certaines villes, et prendre le taxi. Tout cela reste des recommandations, nous n'avons eu aucun témoignages de vols ou d'agressions au Costa Rica.

 

 
 

Nous contacter @                                                               Dernière mise à jour le